Êtes-vous dépendante affective? Que faire?

Marlène/ décembre 29, 2020/ Tutos

Il existe de nombreuses choses qui peuvent nous rendre dépendants. Si on connaît des substances chimiques, on connaît moins la dépendance sentimentale.
Celle-ci peut revêtir plusieurs formes et ainsi on ne sait pas toujours la reconnaître, à moins que ce ne soit un manque d’envie de regarder la vérité en face. Toujours est-il que c’est un problème pour bon nombre de femmes, et d’hommes. Fort heureusement il existe des moyens de se sortir de cette dépendance.

Savoir reconnaître la dépendance sentimentale

C’est quelque-chose qui est finalement assez facile car il y a des signes. Et puis la psychologie dans ce cas nous aide beaucoup, plus que la voyance d’ailleurs.

D’abord on trouve parmi les signes le fait d’avoir de grandes difficultés à se séparer. C’est valable pour la relation de couple mais ça l’est aussi souvent pour les relations amicales et familiales. C’est le problème de beaucoup de gens dans ce cas, ils ont du mal à penser à vivre seuls.

Puis il y a le fait d’avoir du mal à être autonome dans la prise de décision. Un dépendant affectif sera rarement, voire jamais un leader. C’est le plus souvent quelqu’un qui demande l’avis des autres mais qui n’agit pas pour autant. Il hésite, il tergiverse et à la fin il ne fait rien.

Ce vient d’un manque de confiance en soi. Les psychologues parlent aussi d’un manque d’estime de soi. C’est vraiment typique et c’est peut-être d’ailleurs la cause principale du problème.

Dans le couple la relation est souvent fusionnelle et exclusive. C’est pour cela que bien des dépendants affectifs se coupent de leurs amis. Ils peuvent aussi avoir du mal à se faire des amis.

Le problème de la jalousie est souvent évoqué dans ce genre de situations car il rejoint celui du manque de confiance en soi et par corolaire à celui de l’abandon. Aussi, une personne dépendante peut se montrer pressante voire oppressante envers sont conjoint. Celui-ci est alors de plus en plus irrité ce qui créé des tensions et bien-sûr encore plus de perte de confiance. C’est un cercle vicieux.

Si on a peur de perdre la personne, on est capable de tout faire pour la garder. Aussi, les dépendants sentimentaux développent une capacité à subir une pression phénoménale de la part de l’autre. Ils sont capables de pardonner l’impardonnable, de subir des violences et des brimades que personne ne pardonnerait à leur place. Cela ne vient pas d’un seul coup, ça peut monter crescendo jusqu’à devenir presque invivable.

Le profil des personnes qui sont dépendantes

On parle le plus souvent en premier lieu de l’estime de soi qui est un signe fort. Mais de nombreuses personnes souffrent de ce mal et ne sont pas dépendantes affectives pour autant. Aussi, il y a d’autres critères qui doivent servir à se faire une idée générale de ce qui se passe. Ainsi, un dépendant affectif est quelqu’un qui présente d’autres particularités.

Parmi celles-ci on trouve une grande difficulté à se séparer de l’autre, à fortiori à rompre complètement même si on a conscience que la relation est toxique.
Arrêtons-nous sur ce point: La dépendance affective n’est pas une perte de conscience de ce que l’on vit.
On sait que la relation nous fait du mal mais on pense que la rupture serait une souffrance pire encore.

Les dépendants affectif ont aussi du mal à voir l’autre s’éloigner même un peu et même moralement. Aussi, ils sont souvent jaloux et ont du mal à faire confiance. En réalité ce n’est pas en l’autre qu’ils n’ont pas confiance mais en eux-mêmes.

Ils ont une grande capacité à se mettre des œillères qui les empêchent de voir la réalité de leur relation telle qu’elle est. Au début le plus souvent, le dépendant demande à être rassuré ce que son ou sa partenaire fait volontiers. Pourtant, très vite, ces mots perdent de leur sens. Le dépendant ne les croit plus, il ne croit que ce qu’il veut.

Ce qui nous amène à ce travers qui peut vite exaspérer le conjoint: L’exigence de proximité pouvant même aller jusqu’au chantage affectif. Si le partenaire est d’un naturel patient ou si il aime les relations fusionnelles, alors, il se peut que ce travers passe presque inaperçu. Mais si celui-ci à besoin d’air parfois, ne serait-ce que pour pratiquer un hobby, alors cela peut vite prendre des conséquences désastreuses. C’est le cas cauchemardesque dans lequel le conjoint à beaucoup de responsabilités ou pratique un sport à haut niveau. Il n’a pas le choix, il doit assumer ses fonctions ou son rythme d’entraînement qui sont autant de moments passés hors du contexte conjugal. C’est alors très vite dur à supporter pour le dépendant qui peut alors se faire toutes sortes d’idées et de films…

La capacité du dépendant affectif à subir est très forte. Il est le plus souvent complètement soumis, même si cela tourne mal…

Ce qui se passe pour la personne dépendante

Bien des psychologues parlent d’acceptation de la violence conjugale comme si les dépendants étaient toujours des victimes de leur conjoint. Si il est vrai qu’une partie d’entre-eux sont victimes de violences, il ne faut pas tout mettre dans le même panier. Aussi, il y a juste des couples dont la relation tourne mal à cause de la dépendance de l’un. Mais cela se traduit le plus souvent par de l’exaspération, l’autre qui se sent comme étouffé ne veut plus faire d’efforts et choisit de ne plus dialoguer voire même de rompre.

Le dialogue est toujours prôné en psychologie. Avec les enfants, entre adultes, la parole est toujours privilégiée. Mais encore faut-il pourvoir dialoguer! Avec une personne dépendante, que ce soit d’alcool, d’affection ou d’internet, il n’y a le plus souvent pas de dialogue possible car ce qui compte à ses yeux c’est sa drogue.
Le seul moyen pour ces personnes de s’en sortir est de prendre conscience de leur problème et de commencer à travailler sur elles-mêmes.

La psychologie montre très vite ses limites en ce qui concerne l’aide du conjoint. Car si tout est fait pour soigner les malades, rien n’est fait pour accompagner leur entourage.

Qu’est-ce qui peut expliquer cela?

Aller dans cette voie serait poser le début d’un diagnostic ce qui n’est pas le rôle d’un site de voyance. Aussi, il est préférable de laisser cela à des professionnels. Mais il est clair que la dépendance affective est souvent le résultat d’un deuil, d’une relation précédente qui ne s’est pas bien passée, d’une confiance trop forte en quelqu’un qui a fini par trahir. Et puis il y a des troubles psychologiques qui peuvent bien-sûr expliquer cela. Mais les traumatismes affectifs sont souvent à l’origine de ce mal.

Comment s’en sortir?

Comme avec toutes les drogues, il faut d’abord passer par une prise de conscience personnelle. Avez-vous déjà essayé de parler à un alcoolique? La plupart du temps il vous répond qu’il maîtrise, qu’il ne boit pas autant que ses amis ou qu’il n’a pas de problème. Mais le jour où il se retrouve face à son verre à 3H du matin car il ne pouvait pas dormir, ou si il manque de se tuer ou de tuer quelqu’un alors ce genre d’élément déclencheur peut l’amener à réfléchir.

Eh bien c’est pareil pour les dépendants affectifs. Il y a des gens qui ont plus ou moins de capacités à comprendre mais dans tous les cas, c’est l’envie de s’en sortir qui fait bouger. Tant de gens ont cherché à aider, à dialoguer, parfis même pendant des années avant de finit par baisser les bras. Ce qu’il faut c’est un second choc, un événement qui face prendre conscience à la personne que cette vie n’est plus possible. C’est la seule chose à faire.

Ensuite il lui sera possible de demander de l’aide, de suivre une thérapie, de faire un travail sur elle-même pour aller de l’avant et se sortir de cet enfer. Car c’est elle la première victime de sa propre attitude.
Maintenant, cette prise de conscience peut prendre des années avant de venir, ou même ne jamais venir. Aussi, il est difficile pour celui ou celle qui partage sa vie de continuer avec cette idée. C’est pour cela que certains finissent par partir, alors même qu’ils ne l’auraient sans doute jamais fait si leur partenaire avait été différent…

Share this Post